Kobenan Kouassi Adjoumani: «Toutes les dispositions ont été prises»

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 16 vues

Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre de l’Agriculture et du développement rural, était invité ce mardi 27 octobre 2020 dans le cadre du point-presse de la direction centrale de campagne du Rhdp, aux Deux-Plateaux. Cette tribune a été l’occasion pour porte-parole principal du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) de reprendre les hostilités après trois jours de trêve dus aux décès du ministre de Sidiki Diakité. M. Adjoumani a informé que le candidat du parti, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, avait donné instruction de se remobiliser pour la victoire. Une mobilisation, à l’entendre, qui ne sera pas ébranlée par les actions de l’opposition. Les Ivoiriens feront un choix important le 31 octobre, d’après le conférencier. Celui d’«un développement solidaire, ou d’une régression assurée; un avenir radieux ou une aventure aux conséquences incertaines».

Et Adjoumani de poursuivre : «Le Président nous a demandé de ne point céder aux actes de provocation, mais de rester vigilants. Ce que nous avons toujours fait. Malheureusement, nous entendons des voix s’élever pour dire que le 31 octobre, il n’y aura pas d’élection (…) Il n’y aura rien. Toutes les dispositions ont été prises par les autorités compétentes afin de garantir à chacun des Ivoiriens l’exercice de son droit civique, dans la quiétude (…)». Toutefois, rassure-t-il, des précautions ont été prises non seulement avec les forces de l’ordre, mais aussi avec leurs militants. Ces derniers ont reçu pour instruction de rester vigilants. «Le 31 octobre, ceux qui ont décidé de boycotter le scrutin n’auront rien à faire dans les bureaux de vote (…). Nous ne laisserons pas les fauteurs de troubles agir (…) nous ferons échec à toutes les tentatives des pyromanes et des apprentis sorciers qui tenteront de perturber les élections», a mis en garde M. Adjoumani.

Répondant aux propos d’Affi N’Guessan lors de la dernière conférence de presse de l’opposition, Kobenan Kouassi Adjoumani a qualifié cela d’une «foire aux injures, une exaltation de la violence verbale…» Pour lui, en temps normal, Affi N’Guessan aurait été interpellé devant les tribunaux, compte tenu de la gravité de ses propos, des atteintes à la sûreté de l’Etat ressorties dans sa conférence de presse. Mais à présent, dit-il, tout le monde est situé sur les vraies intentions de cette opposition. «Les clés pour faire cesser la violence se trouvent entre les mains de Bédié et Affi», a signalé le porte-parole du Rhdp.

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite